bg_gastonmiron01

Gaston Miron

Spectacle de poésies et musiques

Gaston Miron

Gaston Miron / illustration Laureline Mattiussi

avec

Roland Bourbon, Frédérick Cazaux, Sol Hess & Sophie Robin


Note d’intention

« Des rencontres dans différents projets sur lesquels j’ai travaillé m’ont donné envie de se faire rencontrer des artistes que j’aime…

Des gens que j’admire et qui me donnent envie de repartir dans une nouvelle création…

 

Sophie Robin : Comédienne avec qui je partage depuis deux ans le texte de l’eau jusqu’à la taille de Renaud Borderie sur une lecture mise en musique par moi-même et Serge Korjanevski… Une rencontre magnifique… Cette Madame-là a le feu, elle aime les mots, tous les mots, elle sait épurer et rendre léger, mais aussi écraser d’une tension extrême l’auditeur… J’avais envie de faire le croisement avec Sol Hess qui lui a un autre feu…

Sol Hess : Mon ami chanteur/guitariste anglais de « Sol Hess & The Sympatik’s », « Le Petit Robot », etc… Personnage très rock’n’roll qui embrase tout ce qu’il touche… Ça bouge bien, ça dégage une puissance toute faite de poésie et de lyrisme… Un  Franck Sinatra des temps modernes !!!

Fred Cazaux : « Le professeur » avec qui je m’entends particulièrement bien dans Fracas pour s’essayer aux musiques en tous genres, travailler les timbres, les harmonies étranges, la mélodie simple… La matière… On va dire qu’il est un peu le bidouilleur de ce projet…

 

Pourquoi le québécois Gaston Miron ?

Son nom d’abord, ses lunettes, sa peu prolifique mais très intense œuvre, son classicisme dans l’écriture et la profondeur des sens de ses écrits…

J’ai découvert Gaston Miron dans les hommages en chansons que lui a rendu Louis-Jean Cormier (du groupe Karkwa) dans un répertoire intitulé « 12 hommes rapaillés », pour lequel sont réunis 12 chanteurs québécois et qui donnera naissance à trois disques sortis entre 2008 et 2014.

Je ne suis pas un grand amateur de poésie. Je grandis tout doucement dans ce milieu que je trouve souvent intègre… Gaston me donne « une poésie simple » qui me promène dans ce grand espace qu’est le Québec…

Étrangement les textes choisis ne seront pas ses textes nationalistes mais ceux sur les étendues de l’espace, de l’âme, du temps, qu’il décrit si bien…

Gaston Miron, c’est également pour moi, pour nous Fracas, la continuité des échanges avec des artistes et le public québécois avec qui on tisse des amitiés depuis maintenant 10 ans. Cet hommage à Gaston Miron est aussi un hommage à tous ces gens…

L’esprit de cette nouvelle création sera dans un style Pop Rock Noise Underground… »

Roland Bourbon